3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 09:39

Durant cette semaine d'atelier de confection de costumes de Maurou, Eve Fumaroli, jeune histoirienne passionnée par la culture niçoise m'a rejoint. Elle a préparé des documents sur l'histoire des costumes.

Les-Maurou-Eve-image.jpg

Cliquez sur l'image pour l'ouvrir

 

Quelques chansons des Maurou:

 

"Nen sien la flotta de Carnaval                      "Nous sommes la flotte du Carnaval
Nen voyagian que per lu plési                        Nous voyageons pour le plaisir
Nautre arrivan daù Sénégal                           Nous arrivons du Sénégal
O matalos puden si diverti                            O matelots nous pouvons nous divertir

Nautre nen siem matalos d'abordage             Nous sommes matelots d'abordage
Bravi filletta ascoutamen aissi                       Braves fillettes écoutez-nous ici
Mai matalos cregnès pas lu naufrage             Avec les matelots ne craignez pas le naufrage
Non desiran l'amour e lu plesi                       Nous désirons l'amour et le plaisir"

 

Chanson traditionnelle de Carnaval, comté de Nice.

 

Sièn mòrou, lou sabèn
Semblan toui d’Afriquèn.
Ma se n’en lavessian
Bessai vous plaserian.
Lu boufet soun rout,
N’en resta plus que vuech.
Qu vòu si fà boufà
Que vengue n’a trovà
Lou fèn coum’ un tambau sensa li faire mau.

Nous sommes noirs, nous le savons
Nous ressemblons tous à des Africains.
Mais si nous nous lavions
Peut-être [que] nous vous plairions.
Les soufflets sont cassés,
Il n’en reste plus que huit.
Qui veut se faire « souffler »
Qu’il vienne nous trouver
Nous le faisons comme un tambour sans lui faire mal.

partition.jpgcliquer sur la partition pour l'agrandir et ici pour entendre la mélodie

 

Ce texte est à mettre en parallèle avec le dernier couplet du chant provençal Lo bofet (Le soufflet) :

Aprochas vous, amabla damaiselo,
Venes ranimar nostro zelo.
Podes venir soven,
Vous dounaren de ven
Mai dous que lou mistraou
Que fa sara lou traou.

 

Approchez-vous, aimable demoiselle,
Venez ranimer notre zèle.
Vous pouvez venir souvent,
On vous donnera du vent
Plus doux que le mistral
Qui fait serrer le trou.

 

Lou morou de Carras

Aven vist sus l’esquina
D’un grand peï touplen de bila
Un ome negre de pele pica
dau morre sus la riba.
Lou morou, lou morou de Carras es mai arribat.

Toui lu gen dau quartier escoutoun canta la lenga dau beu estrangie.
A una vous de gargamella. E la figura de bravi gen.
Paure mesquin aura pas de regret, endura a soufri es un vigourous.

La gentaia la parola pilha :
"En lou pais pa de malurous,
e de bella frema nem manca pa,
a un carater en or que pasta
Ahura es buon per si marida"
Mieu gari" brama la bella filha,
"La lenga dau pais t’ensegnerai".
Toui li tiron una capelada.

Toui lu gen dau quartier s’aventoun per regarià lou beu estrangie.
Blemé de figura si ramassa, n’i a touplen bella quaucaren.
"A una testa que mi reven pa", crida un ome brut envious.

Lou cacan la parola pilha :
"En lou pais cadun si counouisse
e de travai nem manca pas.
Prestera ajuda a qu lou vuòle,
per touta la journada travaia".
Es lou còst aquo li fa plesi.
Va plu vitou que la musica
aquel ome s’arrestera jamai.

Nux Vomica

Partager cet article

commentaires

Aller Chercher