24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 20:27
24 octobre 2009, trois poneys, tissu, selles





poneys3beatricebailet.jpg


poneys6beatricebailet.jpg


beatricebailetponeys3.jpg


poneys2beatricebailet.jpg






Cette performance a été présenté lors du vernissage de l’exposition Oui, ma vie c’est un manège à La Maison des Remparts de Tourrette-Levens. Les poneys se mêlaient aux participants du vernissage mais aussi aux habitants du village passant par là. Ils portaient des costumes en tissu. Chacun des costumes reprend les couleurs et les motifs des jouets «Mon Petit Poney», apparus dans les années 80 et toujours produits de nos jours. Les couleurs pastels et les motifs répétés sur le flan des poneys sont les principales caractéristiques de ses jouets. Les motifs ont leur importance du fait qu’ils donnent leurs noms aux poneys. Le titre de la performance y fait écho: Nœud, Losange et Tulipe. Les poneys, une fois revêtus de leur déguisement, donnent à voir l’hybridation pas si étrange entre cet animal, dédié aux loisirs enfantins, et le jouet cité plus haut.





Partager cet article
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 20:09
impression jet d’encre, sur papier, vis à relier, 6 x 19.5 x 2 cm





nuancier13beatricebailet.jpg




extrait d'un article de Libération.fr, 9 décembre 2008

Après la polémique enflammée sur le fichier policier Edvige, le ministère de l’intérieur a réactivé dès septembre le groupe de travail chargé de plancher sur le contrôle des fichiers policiers. Présidée par le criminologue Alain Bauer, cette commission s’apprête à remettre son rapport à la ministre Michèle Alliot-Marie. [...]

Parmi les tâches confiées à cette commission, le recensement de l’ensemble des fichiers policiers. Selon Le Monde, «le nombre de fichiers de police et de gendarmerie ne cesse d’augmenter. On en comptait 34 en 2006. Ils sont au moins 44 aujourd’hui». Pour autant, Alain Bauer refuse de parler «d’inflation des fichiers». Il explique: «on avait établi un recensement en 2006. Cette année, le but était d’aller plus loin en s’intéressant non seulement aux fichiers policiers mais aussi aux applications nouvelles des anciens fichiers et à l’ensemble des interconnexions. On ne peut donc pas comparer les chiffres de 2006 et 2008».

Deuxième mission de la commission: plancher sur la question sensible du signalement ethno-racial pour décrire les personnes recherchées en matière criminelle. Actuellement, les policiers utilisent des termes comme «type européen, nord-africain, asiatique…»

«D’emblée, nous étions tous d’accord sur la nécessité de réformer ces critères obsolètes. Restait à savoir comment éviter une classification stéréotypée. Cette question a suscité une gêne profonde parmi nous» raconte Alain Bauer qui avoue que si certaines pistes ont été évoquées, aucune n’a été retenue. «On reste dans un statut quo, on a demandé, comme en 2006, la suppression de la classification “gitan” qui devrait entrer en application.»

Option un temps envisagée: «l’utilisation d’une gamme chromatique» selon la couleur de peau, des yeux et des cheveux, «un peu comme avec une palette de couleur en fait». En pratique, cette proposition a été abandonnée, jugée inutilisable par les services concernés. «Dans des affaires de flagrant délit par exemple, les policiers ne peuvent pas aux témoins de brosser en vitesse un portrait robot à l’aide d’une gamme chromatique… » explique Alain Bauer.

Parmi les recommandations de la commission figure également la proposition de «mieux encadrer» les fichiers classés «secret défense», qui échappent à tout contrôle, y compris de la CNIL. L'idée serait de créer une sorte de commission indépendante, présidée par un magistrat habilité à consulter ces bases de données afin d’éviter les abus.[...]

 

 

 

 

nuancier4beatricebailet-copie-1.jpg

 

 

 

 

Pour la réalisation de ses nuanciers, les habitants de Tourrette-Levens on était conviés à se faire prendre en photo. Durant la fête patronale estivale de cette petite ville, j’ai improvisé un studio photographique dans la salle des fêtes, un des lieux stratégiques des festivités. 98 personnes sont venues se faire photographier, à la fois curieuses ou méfiantes, enthousiaste ou passives. Ces rencontres ont été sources d’importants débats autour du projet mais aussi plus largement sur la pratique artistique.
J’ai souhaité ajouter aux trois éléments cités par le groupe de travail ministériel, un quatrième qui est celui des vêtements, dont la couleur est complètement subjective, compte tenu des goûts de celui qui les portent. Les images sont classées par ordre alphabétique, à partir des initiales des participants. Les objets sont manipulables par les spectateurs qui peuvent expérimenter la recherche et la comparaison que peuvent susciter ses objets.

 

 

 

 



Ce projet à bénéficié d'une bourse du programme Défi Jeune Envie d'Agir ainsi que du soutien de la Caisse d'Epargne Côte d'Azur.

Partager cet article
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 03:38

Caro Giacomo e Cara Anna est l'occasion de la rencontre entre l'art contemporain et le village de Perdaxius, le jour de sa fête patronale. Quatre jeunes artistes participent avec leurs propres démarches à la fête avec les habitants. A cette occasion, les travaux ne sont pas étalés dans un espace d'exposition fermé, mais ils s'offrent au regard des habitants et des visiteurs de la région. 
L'exposition des oeuvres suit les endroits et le temps de la fête. L'art n'est pas quelque chose d'inaccessible pour quelques adeptes. Discrètement mais avec force, il demande à revenir où il a toujours été, au milieu des gens avec lesquels il veut se confronter.

Le projet est organisé et promu par l'association CHERIMUS.

Le vêtement sur l'image,  Regenbogenhänger ( Arc-en-ciel Suspendu), crée par Isa Griese, de la collection Knight Life. Photographie: Béatrice Bailet.



Les artistes et les oeuvres,

GIUSY CALIA, née à Nuoro en 1971, vit et travaille entre Sassari et Sienne.Elle effectue actuellement sa troisième de doctorat de recherche "Logos et représentation" à l'université des Études de Sienne. Elle a reçu un titre universitaire en lettres modernes et philosophie. elle a fréquenté un master professionnel de photographie au John Kaverdash School de Milan et en 2007, elle a participé au cours Haute Définition Cinématographique du New York Film Academy. Elle a à son actif différentes expositions photographiques personnelles et collectives.
L'oeuvre de Giusy Calia se situe dans les lieux du quotidien et de la vie réelle, elle suggère au spectateur une dimension suspendue et elle ouvre des fenêtres sur des horizons oniriques d'apparence rassurante. Un extrait de la série de photographies As-tu jamais visité mes rêves? est exposé dans les trois bars du village de Perdaxius.

ISA GRIESE, née à Brême (Allemagne) en 1981, diplômée en stylisme à l'École d'art "Hochschule fùr Kùnste Bremen" en 2008.  Elle termine un an de résidence au "Pavillon" Palais de Tokyo (Paris), où elle a collaboré avec des artistes internationaux dans le cadre d'expositions et workshop à Paris, Ajaccio et Saint Paolo, Brésil.
Dans le cadre de la fête de cette année, les spectateurs pourront voir quelques-uns des vêtements qu'elle a réalisé, portés par les habitants du village dans les rues.


MATTEO RUBBI, né au Seriate (Bergame) en 1980, diplômé de l'Académie des Beaux-arts de Brera. En 2006, il a été sélectionné par la Fondation Ratti de Côme. En juin, il conclu un an de résidence au "Pavillon", Palais de Tokyo.
Il présente une vidéo,  Matteo Rubbi au 27ème Tour de Sardaigne, réalisé à la suite de sa participation comme passionné au dernier tour cycliste de Sardaigne. Sera exposée de nouveau l'inscription Perdaxius réalisé pour Caro Giacomo a cara Anna 2008, restée à disposition du village pour ses moments de fête.

SANTO TOLONE, né à Côme en 1979, diplômé à l'Académie de Beaux-arts de Brera a commencé en 2004 avec Matteo Mascheroni le projet "santomatteo". En 2006, il a participé à la résidence Librairies Borges, Canton, (Chine) et au TCB artist run space à Melbourne (Australie). Depuis 2004, il collabore avec Isola Art Center à Milan et depuis 2006, il travaille avec l'artiste chinois Yang Jiechang au projet Eurasie.
Il présente ici deux travaux. Billy, le trajet d'un voyage de durée variable est confié aux pérégrinations d'un chien errant, suivi en inversant les rapports coutumiers de traçage.Sentier, un nouveau tracé sera inventé dans le paysage autour Perdaxius.Son existence dépendra s'il sera parcouru par les habitants dans l'avenir.

















Partager cet article

Aller Chercher